A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

06 décembre 2012

Pluma ibérique : deux essais de cuisson

Il y a deux mois, j'avais été contacté par une attachée de presse qui m'avait proposé de découvrir les produits distribués par  Toupargel (surgelés livrés à domicile). Dans les nouveautés annoncées, il y avait de la pluma ibérique. Comme je n'avais jamais goûté ce produit dont j'avais beaucoup entendu parler, je lui ai demandé s'il était possible de m'en faire parvenir. Quelques jours plus tard, un livreur Toupargel me l'amenait à la maison.

Restait à trouver plusieurs personnes prêtes à la déguster, car il y en avait 500 g dans un seul emballage. Une fois dégelé, il faut tout manger ! J'ai contacté pas mal de monde, mais leur planning étaient bien remplis. Comme je l'expliquais avant-hier, seul Olivier répondit finalement présent.

0281

Vu la quantité de viande dont je disposais, je trouvais intéressant de tenter deux cuissons différentes : façon plancha (poêle très chaude avec très peu de matière grasse) et basse-température.

Basse-température

On ne peut plus simple : la viande a été emballée dans un film alimentaire "spécial micro-ondes" et mis au four à 65° durant 2-3 heures. Puis elle a été tranchée et poêlée 30 sec pour la réchauffer un peu. Un peu de fleur de sel, et c'est tout.

Façon plancha

J'ai utilisé ma fameuse nouvelle poêle Beka, car elle dispose d'un fond épais et très conducteur de chaleur. J'ai mis juste une petite noisette de beurre, et mis l'induction à 7/9. Lorsqu'elle était bien chaude, j'ai rebaissé à 5 et mis mes morceaux de pluma. Une belle croûte dorée s'est vite formée. J'ai dû faire cuire environ 2 mn par face. Puis j'ai laissé reposé 5 mn dans du papier alu, avant de repoêler environ 30 sec par face. La viande est encore bien rouge à l'intérieur sans être saignante. Pour beaucoup, ce ne serait pas assez pour du porc, mais j'ai cru comprendre qu'il ne fallait pas trop cuire la pluma.

Conclusion : j'ai nettement préféré la version basse-temp', car non seulement la viande était tendrissime (et très goûteuse), mais le gras était totalement imperceptible, car fondu dans l'ensemble. Alors que dans la version plancha, on le sentait beaucoup plus. Par ailleurs, la "croûte" formée à l'extérieur était presque trop résistante à mes p'tites dents, contrastant avec le coeur qui était bien fondant. 

Bref, si vous craquez pour de la pluma, je vous conseille très fortement la basse-tempétature.

Quant au vin bu avec le plat, j'ai en ai parlé ce jour ICI

 



Commentaires sur Pluma ibérique : deux essais de cuisson

    je crois que moi aussi j'aurai prefere la facon "basse temperature" poelee ! hum j'aurai bien fait la 3° convive !!!

    Posté par regine, 27 mai 2013 à 12:24 | | Répondre
  • Excellent merci pour ce retour. Je vais essayer demain le pluma avec poëlage au moment du service. Ca me donne fin car le pluma bien fait c'est top !

    Posté par Chez Bern's, 08 janvier 2015 à 17:55 | | Répondre
  • le pluma iberico c'est comme le boeuf de kobe ca fond dans et il faut le faire tres simplement sans sauce
    vous le faite cuire dans le beurre avec un peu d'huile sale poivre bien sur ,
    et quant il est cuit a votre gout vous rapez un citron entier jaune ,c'est une tuerie

    Posté par jumpai, 28 mars 2018 à 11:26 | | Répondre
Nouveau commentaire